MUSIC LAB’AFRICA

MUSIC LAB’AFRICA : Constitution d’une banque de rythmes traditionnels des pays africains, résidence d’artistes et création contemporaine

MUSIC LAB’AFRICA a été initié dans le double contexte de URBAN CULT LAB’AFRICA et du NOVEMBRE NUMERIQUE.

Parce que la numérisation modifie en profondeur notre expérience culturelle, du point de vue de l’accès, de la production et de la diffusion de la culture, mais également en termes de participation, de création et d’apprentissage, l’Institut Français du Bénin a exploré durant le Novembre Numérique 2020, les liens, les apports et enrichissements mutuels, les synergies et les complémentarités entre les domaines de la culture et du digital.

L’ensemble de la démarche proposée a permis, en alliant les cultures, les savoirs et savoirs faire, d’appréhender le levier technologique pour valoriser le patrimoine culturel traditionnel, soutenir la création artistique contemporaine, et favoriser l’inclusion sociale dans la ville africaine par la culture, autour de pratiques artistiques faisant appel au numérique et à l’innovation. La proposition déployée s’est ainsi inscrite en pleine synergie avec le projet URBAN CULT LAB’AFRICA.

Plusieurs points d’appui à la mise en œuvre durant le mois du Novembre Numérique :

  1. Une résidence d’artistes

Entre le 21 novembre et le 4 décembre,  l’Institut Français du Bénin et Africa Sound City - partenaire du projet – ont accueilli un laboratoire de co-création en résidence d’artistes africains, européens et caribéens pour soutenir la formation et le métissage des sons et des images grâce aux apports du numérique.

Artistes invités

  • Jérôme Ettinger, DJ, MAO, France ;
  • Axel Vanlerberghe, vidéaste, photographe et Vjay, France ;
  • Philo et les Voix du Tambour, percussionniste, Caraïbe – Martinique ;
  • Les Soeurs Teriba, chant, Bénin ;
  • Jimmy Belah, guitariste du BIM, Bénin ;
  • Jah Baba, percussionniste, Bénin ;
  • Bona Didolanvi, percussionniste, Bénin ;
  • Plusieurs ateliers pédagogiques

Les ateliers pédagogiques et didactiques étaient prioritairement à destination des jeunes publics. Ils ont permis d’accueillir une quarantaine de participants autour de deux approches :

Dans les locaux de l’Institut français du Bénin, un atelier de pratique musicale, entre tradition et modernité, sur les rythmes des tambours du Bénin et de la Martinique.

Artistes percussionnistes :

  • Philo et les Voix du Tambour, percussionniste, Caraïbe – Martinique ;
  • Jah Baba, percussionniste, Bénin ;
  • Bona Didolanvi, percussionniste, Bénin

Dans les locaux de l’établissement français d’enseignement Montaigne de Cotonou : deux ateliers à destination des élèves du collège et lycée sur les techniques numériques d’enregistrement et de traitement de l’image et du son.

Artistes DJ et Vjay :

  • Jérôme Ettinger, DJ, MAO, France ;
  • Axel Vanlerberghe, vidéaste, photographe et Vjay, France ;
  • Une projection-débat

Mercredi 2 décembre 2020, projection à l’auditorium de l’Institut français du Bénin de « BIM Expérience » film documentaire réalisé par Axel Vanlerberghe et Jérôme Ettinger (2019). A travers les enregistrements réalisés, BIM collectif d’artistes béninois, raconte la genèse d’un projet musical hors norme. Des premiers castings à la création du répertoire en passant par des concerts en Europe, en Afrique et à New-York, le spectateur a pu découvrir l’aventure d’un groupe unique qui redonne au rock et au rap leurs origines vaudous.

Le film a été suivi d’un débat avec :

  • Jérôme Ettinger et Axel Vanlerberghe, producteurs du film ;
  • Les artistes du BIM présents avec le public ;
  • Modération assurée par Toussaint Djaho alias Sergent Markus.
  • Deux concerts

Deux temps forts ont conclu cette séquence :

  • Vendredi 4 décembre 2020 au théâtre de verdure de l’Institut français du Bénin, entre musiques traditionnelles, musiques actuelles et arts numériques, un concert de clôture de la résidence de création en présence de tous les artistes pour un feu d’artifice d’images et de sonorités : https://youtu.be/Je4qdLTnRsM   ;
  • Samedi 5 décembre 2020 au théâtre de verdure de l’Institut français du Bénin, concert de Medicine Man Orchestra. Ce groupe, établi entre le Togo et le Bénin, propose un voyage audiovisuel dans l’univers spirituel des griots d’Afrique de l’Ouest sous forme de conte musical, explorant le pouvoir émotionnel et thérapeutique de la musique et des mots au-delà des frontières et à travers l’histoire.

Le mois du Novembre Numérique a permis de créer une impulsion, de susciter des rencontres, de favoriser des temps de partage (dans le cadre de la résidence de création), de consolider des approches artistiques, pour permettre au projet  MUSIC LAB’AFRICA de se prolonger par l’identification, l’exploitation et la valorisation du patrimoine culturel immatériel musical, considéré comme représentation de l’identité du territoire dans chacun des pays partenaires.

Il s’agit de rendre accessible, auprès d’une population généralement éloignée de l’offre culturelle, la richesse musicale africaine par :

  • l'utilisation de nouvelles techniques numériques au service des instruments traditionnels ;
  • sa contribution à la création musicale contemporaine ;
  • sa large diffusion par le biais de manifestations culturelles et des usages digitaux.

Plus précisément, il s’agit d’identifier et enregistrer des rythmes traditionnels africains dans l’ensemble des pays partenaires du projet et de les valoriser à travers une base numérique exploitable, notamment dans le cadre de créations musicales contemporaines.

Ressources : 

Galerie photo

Lire la suite...

PROCHES : Nuit des Idées 2021

Comme chaque année, l’Institut Français du Bénin s’est associé à la Nuit des Idées qui s’est déroulée jeudi 28 janvier 2021 à partir de 19h30 dans les locaux de l’Institut Français à Cotonou, retransmise en direct à l’Institut Français à Parakou, dans les Instituts français de la région, notamment ceux associés au projet URBAN CULT LAB’AFRICA, et dans les fablabs partenaires du projet.

En résonance à la thématique « proches », proposée par l’Institut Français Paris, l’IF Bénin a interrogé la proximité dans la culture, par l’interculturalité et dans les circulations poétiques et esthétiques tissées entre les rives africaine, européenne et américaine de l’Atlantique. Cette approche s’est construite en appui sur la proposition URBAN CULT LAB’AFRICA.

Le format s’est attaché à alterner performances artistiques et réflexions croisées entre experts, artistes, universitaires, passeurs de traditions et chercheurs.

Les artistes et les panélistes invités ont illustré qu’être proches pouvait se manifester, en transcendant les frontières et en s’appuyant sur les liens historiques, culturels, cultuels et artistiques. Ils, et elles, ont pleinement pris part à l’alliage des cultures africaines, européennes et caribéennes qui se sont exprimées durant la soirée. Le message essentiel porté par l’ensemble des contributrices et contributeurs à cette manifestation souligne la proximité engendrée par l’interculturalité et la richesse révélée dans la variété des cultures.

Plusieurs personnalités institutionnelles étaient présentes dont :

  • Monsieur Ousmane Alédji, conseiller du Président de la République du Bénin pour la culture et le patrimoine (également intervenant sur le premier panel) ;
  • Monsieur Florent Couao-Zotti : écrivain, conseiller du Ministre du tourisme, de la culture et des arts du Bénin.

Dans le prolongement de cet événement, il est prévu plusieurs capsules vidéo pour saisir les réflexions de personnalités culturelles, scientifiques ou de la société civile en déambulation dans « la ville africaine ». Ces séquences seront réalisées dans plusieurs capitales parties prenantes de URBAN CULT LAB’AFRICA - Porto Novo, Ouagadougou et Nouakchott - pour croiser les regards des personnalités interrogées dans chacun des sites autour de la thématique retenue « proches par l’interculturalité ».

 

Galerie photo

Lire la suite...

Conception et fabrication d’une fresque numérique interactive sur l’histoire de l’esclavage en Afrique

a. Initiation de la démarche et projet pilote

Ce projet est né de la collaboration entre les FabLabs de ReFFAO et TiersLieuEdu ( https://www.tierslieuxedu.org ) un fablab éducatif français.

L’objectif est de réaliser, de manière collaborative, une fresque interactive racontant les étapes de la route des esclaves, en croisant plusieurs regards :

  • Éducatif ;
  • Historique ; • Artistique
    • Numérique.

Il s’agit de valoriser, dans la logique instaurée par URBAN CULT LAB’AFRICA, les partenariats établis entre le réseau régional des fablabs (ReFFAO) et des acteurs éducatifs et culturels locaux et internationaux. Cette initiative, conçue et amorcée au Bénin (notamment sur la commune de Ouidah où se trouvent des symboles forts de l’histoire de l’esclavage : Porte du Non Retour, Arbre de l’Oubli, ...) a vocation à s’étendre ultérieurement aux autres pays de la sous-région partenaires de URBAN CUL LAB’AFRICA.

La première étape, réalisée par BloLab (fablab de ReFFAO) a consisté à recueillir des donnée sur les sites historiques concernés :

  • Rencontres avec les anciens et historiens pour appréhender l’histoire de l’esclavage ;
  • Enregistrements sonores et vidéos auprès de ces grands témoins.

La seconde étape a consisté à dessiner la fresque, pour représenter l’ensemble des sites parcourus :

  • Place Chacha ;
  • Porte du Non Retour ;
  • Case Zomahi ;
  • Arbre de l’Oubli, ...
    La troisième étape a permis de traiter les informations recueillies, de les rendre exploitables et de les intégrer sur une

plate-forme numérique développée à cet effet : http://spiderwan.free.fr/projet_Ouidah/projet.htm
Cette étape a été réalisée par les élèves d’une école primaire française et avec le concours de TiersLieuEdu.

b. Une initiative remarquée

Ce travail collaboratif a été remarqué par l'Académie de Rennes, dans le cadre du Concours de la Flamme de l'Égalité, et a obtenu le premier prix.

Le jury a récompensé l’originalité de la production (fresque numérique sonore et picturale interactive) et a souligné la collaboration avec un tiers lieu et des partenaires du Bénin, remarquant la pertinence de cette approche par rapport à l’histoire de l’esclavage. Le jury a également signifié que l’intérêt du projet réside dans la manière dont les élèves ont documenté une partie de l’esclavage peu mise en lumière habituellement, à savoir tout ce qui se passe en Afrique, avant le départ forcé. Enfin il a souligné l’impact de cette démarche coopérative pour un engagement contemporain contre le travail forcé des enfants, en lien avec une association locale.

c. Une suite à donner

Cette première étape appelle une suite qui s’inscrira pleinement dans le projet URBAN CULT LAB’AFRICA :

  • Réalisation d’une grande fresque numérique sur la route des esclaves, à exposer à l’Institut français de Cotonou, dans les autres Instituts Français de la sous-région - notamment ceux présents dans les pays partenaires de URBAN CULT LAB’AFRICA - et à l’occasion de Make Africa 2021 à Dakar qui sera aussi la manifestation de restitution du projet ;
  • La fresque sera consultable physiquement mais aussi en ligne à travers une plate-forme digitale dédiée ;
  • Divers partenaires seront impliqués :

o INMAAC:InstitutNationaldesMétiersd’Art,d’ArchéologieetdelaCultureduBénin(Université d’Abomey-Calavi) pour la dimension culturelle, la réalisation des dessins, la mise en couleur finale de la fresque ;

o Des artistes régionaux en appui de la démarche de création;
o L’ÉcoleprimairefrançaisepartenairedelapremièrephaseetlefablabfrançaisTiersLieuEdu
o La commune de Ouidah
o Les autres fablabs de la sous-région partenaires de URBAN CULT LAB’AFRICA qui pourront s’appropier le projet et le décliner par rapport à la réalité de leur territoire.

Lire la suite...

Appui au projet « Volontaires de Santé Juniors »

La situation de pandémie internationale COVID-19, amène à interroger les projets en cours et à identifier ceux qui peuvent être utilement contributifs à la riposte contre l’épidémie.
Dans ce contexte les écoles constituent des lieux d’inclusion et de sensibilisation importants dans la ville africaine où les jeunes scolarisés peuvent être des prescripteurs efficaces de bonnes pratiques dans leurs communautés éducatives, dans leurs familles et dans les lieux urbains où ils évoluent (marchés par exemple).
C’est ainsi que l’Ambassade de France au Bénin, l’Institut Français du Bénin et la représentation Wallonie-Bruxelles International ont initié et accompagnent un projet intitulé « Riposte Covid-19 : Mise en place d’un corps de volontaires de santé juniors (VSJ) » qui vise à soutenir les mesures de riposte en mettant en place un corps de volontaires issus du réseau des clubs scolaires d’Amnesty International Bénin (AI Bénin) dans 40 collèges et lycées du pays. Ces jeunes acteurs engagés travailleront en synergie avec les points focaux des comités de santé afin de renforcer, à travers diverses actions d’éducation et de sensibilisation, la prise de conscience et la capacité d’autoprotection des élèves et des communautés vis-à-vis du virus.

En tant que laboratoire itinérant de fabrication numérique visant à développer l’utilisation des technologies et promouvoir l’esprit de création et d’innovation chez les jeunes, BLOLAB intervient dans la mise en œuvre de cette action.
L’une des missions confiées à BLOLAB est la conception et création de masques de protection que porteront les VSJ et les points focaux santé associés au projet. Ces masques auront la double fonction de protection, essentielle et imposée par les autorités compte tenu des conditions sanitaires, et de communication sur les gestes barrière à adopter face au virus.
L’objectif de ce projet «mon pagne/mon masque» est de valoriser les logiques de coopération initiées dans le cadre de URBAN CULT LAB’AFRICA d’une part entre acteurs artistiques et ceux issus des technologies digitales (FabLabs) et d’autre part au niveau de la sphère régionale.
Il s’agit donc de travailler sur plusieurs volets :

  • Valoriser la culture du pagne africain et la signification de ses motifs dans le cadre de la riposte COVID-19 ;
  • Favoriser les coopérations entre acteurs du digital, artisans couturiers et artistes ;
  • Engager une réflexion esthétique et innovante autour de la conception de masques originaux ;
  • S’appuyer sur le réseau régional afin de capitaliser sur les ressources et réalisations des autres FabLabs du
    consortium ReFFAO (notamment ceux partenaires de URBAN CULT LAB’AFRICA) et de valoriser la dimension régionale de consortium.
Lire la suite...

Poursuite de la production de la série d’animation « Zloopi et Dito »

a. Présentation du projet

Partant du principe que le dessin animé peut être un véhicule efficace pour transmettre des messages, le projet « Zloopi et Dito » est issu d’une collaboration entre les membres de ReFFAO associés à URBAN CULT LAB’AFRICA et le « Studio / École de Ouidah animation 2D/3D au Bénin ». Il consiste à créer une série d’animation mettant en scène de jeunes africains confrontés à leur ville et aux problématiques urbaines en Afrique.

La série suit donc le quotidien de deux jeunes africains Zloopi, un garçon de 10 ans et Dito son meilleur ami âgé de 11 ans. Nos deux jeunes héros découvrent que bien des aventures se cachent au coin des rues, sur le chemin de l’école et dans leur vie quotidienne. Chaque petit évènement est l’occasion d’en apprendre plus sur la citoyenneté, l’hygiène, la sécurité ou le développement durable.

Zloopi et Dito invitent le public à découvrir ce qui conditionne la vie en collectivité dans un milieu urbain, à savoir la sécurité routière, la santé, l’environnement, l’économie, la démographie, la politique, le social et bien d’autres phénomènes afin qu’il acquière les réflexes nécessaires à une meilleure approche de tous ces domaines.

b. Etapes du projet

Le trailer de cette série a été présenté avec le dossier déposé dans la phase 2 de l’appel à projet EUNIC et est accessible à partir du lien suivant :

  • https://www.dropbox.com/s/k523typwxmkan41/TRAILER_ZLOOPI.mp4?dl=0

Plusieurs épisodes ont été conçus et sont accessibles à partir des liens suivants :

  • Épisode1- sensibilisationàlagestiondesdéchetsdanslaville:

https://www.dropbox.com/s/d9n45zcnohb9xlg/EP%201%20Zounkobe-thor%202.mp4?dl=0

  • Épisode 2 - sensibilisation à l’hygiène alimentaire (la bande son doit être retravaillée) : https://www.dropbox.com/s/iy1r3y1t41aowco/EP%202%20Le%20lavage%20des%20mains.mp4?dl=0
  • Épisode 3 - sensibilisation à la santé et à la consommation de médicaments non autorisés : https://www.dropbox.com/s/fv31wit1dxwdysj/EP%203%20Les%20medocs.3gp?dl=0

Un épisode est en cours de réalisation sur la situation Covid-19

c. Présentation du partenaire

Créé par quatre professionnels de l’animation et déclarée le 24 Octobre 1980 à la préfecture de Paris, l’Association « Atelier d’Animation et de Recherche Graphique (AARG) » a pour but la réalisation et la promotion des moyens de formation et d’information liés à l’utilisation des techniques du dessin et du cinéma d’animation.

L’essentiel de ses activités est orienté sur la formation, tant auprès des jeunes scolaires que des professionnels de l’audio-visuel souhaitant intégrer les techniques de l’animation. AARG eut aussi à réaliser une série de diaporamas illustrés et films institutionnels pour de grandes entreprises.

Depuis quelques années, l’action de l’association est tournée vers le continent africain et la création du « Studio / École de Ouidah animation 2D/3D au Bénin » en est l’illustration. L’objectif de cette initiative est de créer le métier de l’animation au Bénin, mais aussi donner du sens et du contenu local aux productions envisagées par le studio / école.

Lire la suite...