Conception et fabrication d’une fresque numérique interactive sur l’histoire de l’esclavage en Afrique

a. Initiation de la démarche et projet pilote

Ce projet est né de la collaboration entre les FabLabs de ReFFAO et TiersLieuEdu ( https://www.tierslieuxedu.org ) un fablab éducatif français.

L’objectif est de réaliser, de manière collaborative, une fresque interactive racontant les étapes de la route des esclaves, en croisant plusieurs regards :

  • Éducatif ;
  • Historique ; • Artistique
    • Numérique.

Il s’agit de valoriser, dans la logique instaurée par URBAN CULT LAB’AFRICA, les partenariats établis entre le réseau régional des fablabs (ReFFAO) et des acteurs éducatifs et culturels locaux et internationaux. Cette initiative, conçue et amorcée au Bénin (notamment sur la commune de Ouidah où se trouvent des symboles forts de l’histoire de l’esclavage : Porte du Non Retour, Arbre de l’Oubli, …) a vocation à s’étendre ultérieurement aux autres pays de la sous-région partenaires de URBAN CUL LAB’AFRICA.

La première étape, réalisée par BloLab (fablab de ReFFAO) a consisté à recueillir des donnée sur les sites historiques concernés :

  • Rencontres avec les anciens et historiens pour appréhender l’histoire de l’esclavage ;
  • Enregistrements sonores et vidéos auprès de ces grands témoins.

La seconde étape a consisté à dessiner la fresque, pour représenter l’ensemble des sites parcourus :

  • Place Chacha ;
  • Porte du Non Retour ;
  • Case Zomahi ;
  • Arbre de l’Oubli, …
    La troisième étape a permis de traiter les informations recueillies, de les rendre exploitables et de les intégrer sur une

plate-forme numérique développée à cet effet : http://spiderwan.free.fr/projet_Ouidah/projet.htm
Cette étape a été réalisée par les élèves d’une école primaire française et avec le concours de TiersLieuEdu.

b. Une initiative remarquée

Ce travail collaboratif a été remarqué par l’Académie de Rennes, dans le cadre du Concours de la Flamme de l’Égalité, et a obtenu le premier prix.

Le jury a récompensé l’originalité de la production (fresque numérique sonore et picturale interactive) et a souligné la collaboration avec un tiers lieu et des partenaires du Bénin, remarquant la pertinence de cette approche par rapport à l’histoire de l’esclavage. Le jury a également signifié que l’intérêt du projet réside dans la manière dont les élèves ont documenté une partie de l’esclavage peu mise en lumière habituellement, à savoir tout ce qui se passe en Afrique, avant le départ forcé. Enfin il a souligné l’impact de cette démarche coopérative pour un engagement contemporain contre le travail forcé des enfants, en lien avec une association locale.

c. Une suite à donner

Cette première étape appelle une suite qui s’inscrira pleinement dans le projet URBAN CULT LAB’AFRICA :

  • Réalisation d’une grande fresque numérique sur la route des esclaves, à exposer à l’Institut français de Cotonou, dans les autres Instituts Français de la sous-région – notamment ceux présents dans les pays partenaires de URBAN CULT LAB’AFRICA – et à l’occasion de Make Africa 2021 à Dakar qui sera aussi la manifestation de restitution du projet ;
  • La fresque sera consultable physiquement mais aussi en ligne à travers une plate-forme digitale dédiée ;
  • Divers partenaires seront impliqués :

o INMAAC:InstitutNationaldesMétiersd’Art,d’ArchéologieetdelaCultureduBénin(Université d’Abomey-Calavi) pour la dimension culturelle, la réalisation des dessins, la mise en couleur finale de la fresque ;

o Des artistes régionaux en appui de la démarche de création;
o L’ÉcoleprimairefrançaisepartenairedelapremièrephaseetlefablabfrançaisTiersLieuEdu
o La commune de Ouidah
o Les autres fablabs de la sous-région partenaires de URBAN CULT LAB’AFRICA qui pourront s’appropier le projet et le décliner par rapport à la réalité de leur territoire.

Partager cette publication